18 juillet 2010

keep the smile

06_jun25x_3752

Fin de soirée...
Les draps du lit sont champs de batailles oeuvrés.
Tu t endors bizarrement sur le côté gauche chose que tu ne faisais pas, du moins pas au début de notre histoire.
Ta tête est sur mon bras et de ma main droite j effile tes cheveux une heure presque deux.
- reprend ton soufle isabel chuuute close you're eyes give me you're hands...
Faire l amour t épuise et te comble.
Chuuuute mon Éverest je reste contre toi, ne bouge pas, ne dodline pas ou tu me rallumeras, je ne suis plus homme puissant viril, mais enfin ton écrin de sentiments de nacre fiévreuse.
Je te rejoins dans le sommeil de notre nuit.
Trois heures du matin
Une gène me prend en mon sexe, a peine réveillé, la courbure de tes fesses et de tes hanches se découpent sur l ame de pénombre de notre couche, de notre chambre de notre vitalité.
Je me redresse a moitié contemplant ton visage serein
tout en saisissant ta fesses droite charnue et m y insinue.
Mon rostre de chaire au gland turgescent s appuis gentiment a l etroit endroit ou jamais il n ira...
Ma vision phallique avance a la vitesse d un millénaire
et déploit les ailes de ton paillon doux-amère quand... tout a coup tu soufflas bruyamment. 
Je me fige et attend...
Ton coeur se calme, je coulisse a nouveau sur ton nuage gonflant de chaire suave et aqueuse, mon mutin en tête a tête de ton bourdon discute et s ennerve plus que de raison.
Bourdon se durcit le "ton", mutin l embrasse de son teint.
Ta respiration rempli la chambre puis la maison et ton ventre de briques durs en terre cuite de nos folies charrie des vagues annihilantes du plus profond de tes Échos.
"Mur" je recule et comme a chaques reprises de mes bordés ou j' en profite pour te faire jouir en secret, je m insère en ta bague de chasteté, le plus dur étant de te pénétrer sans te faire revenir a l heure qu il est .
Millimètre...
Encore un millimètre jusqu a ce qu a quatre heure du matin je me soude totalement en toi.
Toujours je te contemple guettant les moindres signes de retours, mes yeux se perdent sur ta peau et s accrochent, quand je vois ta main, qui d instinct se pose sur l un de tes mamelons.
Si tu pouvai le voir. Il est dur comme tu ne l as jamais vu et ou connus lors de tes éveils vivants et amoureux.
Cinq heure trente
la hampe spasmophile en mouvents lents perfectibles se tourne sur son axe fixe, un leger vent coulis titille ta poitrine qui se gonfle au pendant de ton ventre qui se creuse, pendant que ton sexe glabre m aspire et m ôte toutes mes fulgurances.
Mon corp tendre comme l acier, doux comme du béton se brise comme du verre au velours du coeur de ton intime. Le flot impressionnant de mon alcool tapisse en jet puissant le cantique de ta cathédrale épicé.
Tu te réveille et comprend, ton coeur tel un carillon de cloche liturgique sonnent a la volé tu as jouis a la charge de mon amour. Tes bras me calment tandis que posant ma tête sur ton bras ta main droite caresse ma nuque tu me chante

hésiope[/size][/size][size=14px]
bangles: close your eyes
Close your eyes
Give me your hand darling
Do you feel my heart beating
Do you understand
Do you feel the same
Am I only dreaming
Is this burning an eternal flame
I believe its ment to be darling
I watch you when you were sleeping
You belong with me
Do you feel the same
Am I only dreaming
But is this burning an eternal flame...

lapelleduvide 2010

Posté par la-pelle-du-vide à 04:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur keep the smile

Nouveau commentaire