18 juillet 2010


"L"es anti corps soignent ce que la violence a detruit"
L"es mains d horloger ont remonter tant de pendule coucou et autre toquante, aujourdhui il s attache a son chef d oeuvre.
Cette horlogerie s habille au fronton d or damasquiné de platine sur les flancs deux jades verts etincelant s enchassent, cette horlogerie eut son mecanisme meurtrie par trop de goujat ou de malpropre qui la remontait avec violence.
Cette mecanique doit etre remonter avec patience et consolidé les ressorts il pourrait les changer mais il la veut d origine.
Le balancier qui est le coeur de cette precision est faussé l axe a souffert mais a force de douceurs il va le rectifier.
Le soir dans le silence de son attelier il la pose sur un ecrin de satin et l ecoute tictoqué
Tic
Toc
Tic
Toc
Toc
L horloger dans l intimité enleve son tablier de cuir
de buffle laissant apparaitre son torse nu puis d un geste chirurgicale s ouvre la poitrine, sectionne les arteres de son coeur, le sort delicatement et le
l installe sur un plateau de bois d olivier aux cotés de
l horlogerie délicate et fragile.
Si un soir passant dans une rue et que dans la pénombre d une alcôve vous fussiez surpris d un drole de bruit, tendez alors l oreille et ecoutez le
TIC TOC
TIC TOC
TIC TOC
DE DEUX AMES QUI SÈME D UNE HISTOIRE D ORFEVRERIE..

Posté par la-pelle-du-vide à 04:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur tyntVariables = {"ap":"tout les textes et/ou

Nouveau commentaire